Sillonblog

Un cours d'eau à réhabiliter dans le centre du village de Limal

La Dyle

La Dyle

uobera-wavre-ruisseau-cache   blason_genappe.jpg      photo-25023-1_800_800

olln   logo-ville-de-wavre-armoirie      logocommune

La Dyle prend sa source à Houtain-le-Val (Genappe), puis traverse les Communes de Court-Saint-Etienne, Ottignies-Louvain-le-Neuve, Wavre et Grez-Doiceau avant de rejoindre le Brabant flamand et la province d’Anvers. Chez nos voisins flamands, elle passe par Huldenberg, Oud-Heverlee, Bertem, Leuven (Louvain), Rotselaar, Tremelo, Keerbergen, Haacht, Bonheiden, Boortmeerbeek et Mechelen (Malines). C’est au nord de Malines qu’elle est rejointe par la Senne (venant de Bruxelles), juste avant de former le Rupel en mélangeant ses eaux avec la Nèthe. Le Rupel parcourt douze kilomètres jusqu’à son confluent avec l’Escaut. Quelques kilomètres plus en aval, l’Escaut est déjà à Antwerpen (Anvers) et son impressionnant port maritime. Il passe ensuite aux Pays-Bas, en Zélande, dans le bras de mer appelé Westerschelde (Escaut occidental), avant de rejoindre la mer du Nord.

A Wavre, la Dyle est un cours d’eau non navigable de 1ère catégorie (gestion par la Région wallonne).

logo-ok     nieuw logo.jpg

logo_print.jpg  Leuven logo-4.jpg

Rotselaar logo.png   Tremelo_logo.jpg

Keerbergen_logo.jpg  Logo_gemeente_Haacht.jpgbonheiden logo.jpg     Boortmeerbeek logo.png   Mechelen logo .jpg

Deux fiches de caractérisation des masses d’eau DG01R « Dyle I » et DG02R « Dyle II » ont été publiées par la Région wallonne dans le contexte de la mise en œuvre de la Directive-cadre sur l’Eau (2000/60/CE) – Plan de gestion 2016-2021.

Carte du bassin versant la Dyle, dans sa partie wallonne, reprenant les cours d’eau non navigables (CENN) de 1ère (bleu), 2ème (noire) et 3ème (rouge) catégories (cf. Géoportail de la Wallonie).

La Dyle carte NORD + noms.jpgLa Dyle - carte 3ème catégorie Houtain le Val + noms.jpg

La Dyle à Limelette dans un site Natura 2000 avec vue vers l’amont (zone verte accessible depuis le chemin de la Renouée)

IMG_4763

La Dyle à Limelette avec vue vers l’aval et l’Eglise Saint-Géry

IMG_4768

IMG_4712

IMG_4714

Gisant représentant le chevalier Jehan Durselle (Jean d’Ursel)(† 1505), seigneur de Limelette, et son épouse Jehanne de Limelette († 19 février 1518). Provenant de l’ancienne église de Limelette détruite par le bombardement aérien du 20 avril 1944, c’est le plus ancien gisant du canton de Wavre.

IMG_4755

Vue sur la Dyle passant sous le pont des Zouaves à Limelette (vers l’amont)

IMG_3939

IMG_3934

IMG_3935.jpg

Le ruisseau de Pinchart se jetant dans la Dyle à la frontière entre Limelette (à gauche) et Limal (à droite)

IMG_3976

IMG_3957

Le ruisseau des Ballaux se jetant dans la Dyle à Limal

IMG_3949

IMG_3417

Le Pont du 13ème Tirailleurs Algériens à Limal (vue vers l’amont)

WP_20170501_065.jpg

WP_20170501_066.jpg

Vue sur la Dyle depuis le Pont du 13ème Tirailleurs Algériens à Limal (vers l’aval)

WP_20170501_067.jpg

Le ruisseau le Sillon et de Martineau se jetant dans la Dyle à Limal

photo-ruisseau-le-sillon-se-jettant-dans-le-dyle-img_1754

La Dyle depuis le pont situé Rue du Moulin à eau à Limal (vue vers l’amont)

IMG_3164

La Dyle longeant le moulin de Limal

IMG_3167

IMG_3168

La berge de la Dyle près de l’entrée du Walibi (vue vers le zoning situé le long du Boulevard de l’Europe)

IMG_3151

Un piège de la Région wallonne sur le bord de la Dyle (à l’entrée du Walibi)

IMG_3150

IMG_3146

Le Pont enjambant la Dyle pour sortir du parking du Walibi

IMG_3142

IMG_3141

Rue de la Dyle, au carrefour avec la Ruelle A l’Buse

IMG_3138

Vue sur la Dyle depuis le Pont de la Ruelle A l’Buse vers la Rue de la Carrière (aval)

IMG_3137

Le ruisseau de Limal se jetant dans le Dyle (à Bierges, juste en amont de l’autoroute E411)

IMG_3567

La Dyle à Bierges, passant en dessous de la bretelle d’accès vers l’autoroute E411, depuis le Boulevard de l’Europe venant d’Ottignies, vers Namur

IMG_3573

La Dyle en dessous du pont de la bretelle de sortie de l’autoroute E411 à Wavre, venant de Namur (Station de mesure de la Région wallonne)

IMG_3845

IMG_3843

IMG_3839

Un point noir…

IMG_3838

Des canalisations enjambant la Dyle

IMG_3852

La passerelle enjambant la Dyle au niveau du Parking de la Courte Rue du Moulin vers le Boulevard de l’Europe

IMG_3854

Vue depuis la passerelle vers le pont du Boulevard de l’Europe (aval)

IMG_3855

Vue sur la Dyle depuis le Quai des Tanneries (amont)

IMG_3867

La Dyle depuis le Pont du Boulevard de l’Europe (vue vers l’amont et le Quai des Tanneries)

IMG_3871

La Dyle depuis le Pont du Boulevard de l’Europe (vue vers l’aval)

IMG_3873

IMG_3874

Exemple de gestion de la propreté devant la fontaine dédiée à Maurice Carême, auteur poète… « Il est vrai qu’à Wavre, la Dyle à toujours laissé les fontaines chanter dans une rue tranquille. N’y suis-je né moi-même ? »

IMG_3877

IMG_3925

Vue vers le Pont du Christ

IMG_3876

Le Pont du Christ

IMG_3883

IMG_3888

IMG_3924

Vue vers le Quai aux Huitres et la Dyle couverte

IMG_3885

IMG_3884

Le Pont Neuf

IMG_3889

Charmante maison le long du Quai du Trompette, situé au bord de la Dyle revenue à l’air libre

IMG_3900

IMG_3901

IMG_3904

IMG_3905

IMG_3921

Vue du Quai du Trompette vers l’Eglise Saint Jean-Baptiste (Wavre)

IMG_3908

Vue sur la Dyle depuis le Quai du Trompette vers l’Avenue des Princes (aval)

IMG_3909

Quelques maisons de la Rue du Trompette les pieds dans la Dyle

IMG_3918

Vue sur la Dyle depuis le Pont de l’Avenue des Princes vers l’aval et Basse-Wavre

IMG_3913

La Dyle, peu avant Basse-Wavre, avec une impressionnante trace de castor sur sa rive droite (à hauteur de l’Avenue de la Belle Voie)

IMG_3252

Détail du Pont du Try à Basse-Wavre

IMG_3319

Passerelle entre la Ruelle aux Olives et la Rue du Rivage

IMG_3320

Barrage destiné à réguler le débit de la Dyle, juste devant le Pont des Fabriques à Basse-Wavre

IMG_3321

IMG_3322

Le Pont des Fabriques

IMG_3326

Chemin vicinal n° 65 de Wavre « Pré des Graisses » longeant la rive droite de la Dyle depuis la Rue de la Fabrique jusqu’à la Chaussée de Longchamps (station d’épuration de Basse-Wavre)

IMG_3324

IMG_4138

Le chemin des Warlandes longeant le chemin de fer sur la rive gauche de la Dyle (depuis la station d’épuration de Basse-Wavre vers Wavre)

IMG_4144

Le ruisseau de la Bawette situé de l’autre côté du chemin de fer

IMG_4145

La Station d’épuration de Basse-Wavre sur la Dyle

STEP Basse-Wavre (Wavre)

logocommune

Après avoir reçu les eaux traitées de la station d’épuration de Basse-Wavre, la Dyle arrive à Gastuche (Commune de Grez-Doiceau), passe sous la ligne de chemin de fer Ottignies-Louvain, reçoit les eaux du ruisseau de la Bawette, et passe en-dessous de la Drève de Laurensart.

IMG_4150

Le Pisselet longeant la Drève des Anglais (à Gastuche), juste avant son passage sous le chemin de fer

IMG_4155

Après son passage sous le chemin de fer, il longe la Drève de Laurensart

IMG_4296

Vue de la Drève de Laurensart vers le chemin de fer

IMG_4294

Plaque commémorative sur le pont enjambant la Dyle

IMG_4293

IMG_4161

A quelques dizaines de mètres du pont en question, sur la rive gauche de la Dyle, débute l’ancien Sentier vicinal n° 131 devenu pratiquement invisible. Pourtant, magnifiquement situé entre la Dyle et le bois de Laurensart, il mériterait un peu plus d’attention. Sont prolongement du côté flamand, la bucolique Klabbeekstraat (à Ottembourg/Ottenburg dans la Commune d’Huldenberg), permet de rejoindre Florival et son sentier de la Dyle vers l’étang de Pécrot.

Sentier Dyle Gastuche Grez - copie.jpeg

Accès vers le Sentier vicinal n° 131 et la Dyle, depuis la Drève de Laurensart

IMG_4284

IMG_4170

A quelques dizaines de mètres, on devine une bifurcation, avec à gauche le sentier vicinal n° 131, et à droite un accès vers le bord de la Dyle

IMG_4282

Le Pisselet se jetant dans la Dyle

IMG_4209

La Dyle vers l’aval

IMG_4173

La Dyle vers l’amont

IMG_4215

Le superbe chemin à flanc de coteau dans une mer d’ail des ours (vers Gastuche)

IMG_4275

logo-ok

La Klabbeekstraat vers Gastuche

IMG_4311

IMG_4310

Dans la suite de son parcours vers Louvain/Leuven, la Dyle constitue d’abord une pittoresque frontière naturelle entre le Brabant wallon (Grez-Doiceau) et le Brabant flamand (Huldenberg). Elle est accompagnée de jolis chemins (Sentier de la Dyle et Buurtweg 7) et d’étangs très appréciés par l’avifaune (Pécrot et Grootbroek).

La Dyle, vers l’aval, depuis le pont de la Rue de Florival / Florivalstraat avec le rejet d’eau traitée de la station d’épuration Grez-Doiceau

IMG_4301

Plan du « Sentier de la Dyle » qui rejoint la rue de Florival à la rue de Rhode en longeant la Dyle et l’étang de Pécrot

IMG_4306

La Dyle du côté du Brabant flamand

logo-ok

WP_20170507_006.jpg

WP_20170507_008.jpg

Avant de passé définitivement en Brabant flamand la Dyle est rejointe par le cours d’eau La Nethen, et arrive rapidement dans la Commune d’Oud-Heverlee. Dans cette zone se trouve un chemin situé sur la rive droite de la Dyle, entre la Leuvensebaan (Huldenberg) et la Neerijsebaan (Oud-Heverlee) avec un court passage sur Grez-Doiceau et au-dessus de la Nethen (mais ou est passé le pont ?).

Sentier sur La Nethen - copie 2.jpg

Le chemin démarre sur la rive droite du cours d’eau La Grande Marbaise quand il passe en Brabant flamand sous la Leuvensebaan (Huldenberg), juste avant de se jeter dans la Dyle

IMG_4321

WP_20170507_004

WP_20170507_005

La Nethen dans sa partie faisant frontière entre Grez-Doiceau et Huldenberg

IMG_4328

La Nethen se jetant dans le dernier tronçon de La Dyle avec une rive wallonne

IMG_4324

nieuw logo.jpg

Dans la large zone située entre la Neerijsebaan (Oud-Heverlee) et la Stationstraat (à Korbeek-Dijle dans la Commune de Bertem) la Dyle passe dans la remarquable réserve naturelle « De Dode Bemde » traversée de superbes chemins. Cette réserve naturelle privée est gérée par l’ASBL « Vrienden van Heverleebos en Meerdaalwoud ».

WP_20151108_005.jpg

logovhm_ree-01.jpg

http://www.vhm.be/index.html

Sentier De Dode Bembde.jpg

wandelkaartje-folder.jpg

WP_20151108_003.jpg

WP_20151108_002.jpg

WP_20151108_006.jpg

WP_20151108_007.jpg

WP_20151108_009.jpg

logo_print.jpg

Peu après le pont sur la Dyle de la Stationstraat à Korbeek-Dijle (Commune de Bertem) se trouve un point de départ pour des descentes de la Dyle en Kayak vers Louvain (Leuven).

La Dyle mise en valeur à Louvain (Leuven)

Leuven logo-4.jpg

IMG_2921

IMG_2920

IMG_2918

IMG_2931

IMG_2933

IMG_2934

IMG_2935

IMG_2991

IMG_3005

IMG_3008

IMG_2940

Mary Reid Kelley (exposition au M – Museum Leuven)

IMG_3039

A la recherche d’Utopia

thomas-more_-utopia-_de-eerste-uitgave-van-utopia_-leuven_-dirk-martens_-1516.-brussel_-koninklijke-bib.jpg

M - MUSEUM LEUVEN UTOPIA.jpg

Le Sentier de la Dyle à Malines (Mechelen)

Le Malinois aime profiter de sa ville, et on le comprend ! Quoi de plus agréable et délassant qu’une promenade au fil de l’eau en pleine ville ? Parcourir le sentier flottant sur la Dyle est une expérience unique, à ne rater sous aucun prétexte. Il vous mène de la Haverwerf au Jardin botanique. Vous découvrez l’arrière des maisons anciennes au bord de l’eau, mais aussi de nombreux oiseaux aquatiques. Les enfants adorent cette promenade peu ordinaire.

Mechelen logo 02.jpg

Dyle sentier Malines.jpg

La Dyle rejointe par la Senne

La Dyle et la Nèthe formant le Rupel

Le Rupel rejoignant l’Escaut

L’Escaut entre Flandre et Flandre Zélandaise

Juste après le Port d’Anvers et la centrale nucléaire de Doel, L’Escaut atteint la Flandre Zélandaise (Pays-Bas) et son Pays inondé de Saeftinghe (Verdronken Land van Saeftinghe). Il s’agit d’une extraordinaire réserve naturelle constituée de marais salés; la plus grande zone d’eau saumâtre d’Europe occidentale. Cette zone naturelle est en passe de s’agrandir du côté belge avec le soutient du programme européen Interreg Vlaanderen-Neederland (Hedwigepolder, Prosperpolder, Doelpolder,…)

Afbeelding1.jpg

 

 

 


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.


Publicités

La Lasne

La Lasne

uobera-wavre-ruisseau-cache imgres.jpg         blason_rixensart     logo-ville-de-wavre-armoirie

La Lasne prend sa source à Plancenoit (Lasne), puis traverse les Communes de Rixensart et Wavre avant de rejoindre la Région flamande. Chez nos voisins brabançons-flamands, elle passe par Overijse et Huldenberg ou elle va finalement mélanger ses eaux avec la Dyle au nord de Sint-Agatha-Rode (Rhode-Sainte-Agathe).

A Wavre, la Lasne est un cours d’eau non navigable de 1ère catégorie (gestion par la Région wallonne).

overijse-logo       logo-ok

Carte du bassin versant la Lasne, dans sa partie wallonne, reprenant les cours d’eau non navigables (CENN) de 1ère (bleu), 2ème (noire) et 3ème (rouge) catégories (cf. Géoportail de la Wallonie – http://geoportail.wallonie.be/home.html).

La Lasne - carte + noms 02.jpg

Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l’Eau (2000/60/CE) – Plan de gestion 2016-2021 – Fiche de caractérisation de la masse d’eau DG03R « Lasne »:

http://eau.wallonie.be/fme/dg03r.pdf

Sentier-Nature le long de la Lasne situé dans un terrain de la société GSK

IMG_4357

IMG_4362

IMG_4364

La Lasne devant les installations de GSK

IMG_4367

Accès vers la Lasne via un sentier, accessible depuis la Drève du Fory…

IMG_4356

IMG_4349

Le sentier est malheureusement bloqué faute de pont…

IMG_4346

Vue sur la Lasne depuis l’autre rive… Pourquoi ne pas reconstruire le pont disparu !?

IMG_4392

La Lasne vue depuis la Rue de Bierges à Rosières (vers l’amont)

WP_20170501_049

La Lasne passant sous l’autoroute E411 vue depuis la Rue de Bierges (vers l’aval)

WP_20170501_048

Une station de mesure et de surveillance de la Région wallonne

WP_20170501_058

La Lasne vue depuis la Rue de Genval à Rosières (vers l’aval)

WP_20170501_045

La Lasne arrivant au niveau de la sortie d’eau épurée de la Station d’épuration de Rosières (barrières au fond à gauche)(vue vers l’aval)

WP_20170501_027

La Station d’épuration de Rosières sur la Lasne (cherchez l’erreur…)

WP_20170501_017

STEP Rosières (Wavre)

WP_20170501_033

La sortie d’eau épurée vers la Lasne

WP_20170501_023

WP_20170501_022

IMG_4075

La Lasne du côté du Brabant flamand (Tombeek)

WP_20170501_036

Vue depuis la Vorstraat (vers la Lasne)

IMG_4073

Vue depuis la Lanestraat (vers l’amont)

IMG_4071

IMG_4072

Vue depuis le Pont de la Lanestraat (vers l’amont)

IMG_4063

IMG_4066

Vue depuis le Pont de la Lanestraat (vers l’aval)

IMG_4067

IMG_4068

IMG_4069

IMG_4061

WP_20170501_001.jpg

La Schaatbroekstraat juste devant le pont sur la Lasne (en direction de l’Abstraat)

IMG_3178

IMG_3179

Le Pont Joignant Overijse (Schaatbroekstraat) à Wavre (Chaussée de la Lasne)

IMG_3176

Vue sur la Lasne depuis le Pont (vers l’aval)

IMG_3174

Des rodenticides de la Région flamande sur la rive wallonne de la Lasne, pour lutter contre les rongeurs

IMG_3175

La Ferme de la Bilande

IMG_3180

La station d’épuration de la Petite Bilande sur le ruisseau des Sept Bonniers de Bilande

IMG_3183

La Lasne du côté du Brabant flamand (Terlanen)

La Lasne vue depuis le Pont en bois situé à la Moskesstraat (vers l’amont)

IMG_4050

IMG_4044

IMG_4051

IMG_4043

Vue vers l’Eglise de Terlanen (depuis la Moskesstraat)

IMG_4054

Vue sur le Moulin de Terlanen depuis la Molenstraat

IMG_4038

IMG_4041

Vue sur la Lasne depuis la Molenstraat (vers l’aval)

IMG_4042

IMG_4055

IMG_4060

IMG_4057

WP_20151108_019.jpg

WP_20151108_021.jpg

La Lasne rejoint la Dyle à Sint-Agatha-Rode (Commune de Huldenberg), à hauteur de la réserve naturelle Het Grootbroek

WP_20170507_006

 


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.


Etat des masses d’eau souterraines

Etat des masses d’eau souterraines

uobera-wavre-ruisseau-cachelogo-ville-de-wavre-armoirie

Etat des masses d’eau souterraines

Localisation des stations de contrôle en EuropeWater quality monitoring stations – The map shows the location of the water quality monitoring stations reported by EEA member countries via WISE SoE reporting. The purpose is to provide an overview of the spatial distribution and density of monitoring stations per water body category: rivers (including canals), lakes (including reservoirs), groundwater, and transitional, coastal and marine waters. The map displays all stations ever reported since 1992, so not all are currently active.

Grounwater StationRiver Station

Carte EU - Point de contrôle Masses d'eau

Carte EU BE - Point contrôle masses d'eau

De manière globale, à Wavre, comme dans tout le bassin versant de la Dyle en Brabant wallon, la situation n’est pas brillante.

  • Etat des masses d’eaux souterraines (2014) : Mauvais état chimique (nitrates & pesticides) avec tendance à la détérioration

FICHE14_19_ICEW2014-2.jpg

FICHE14_23_ICEW2014.jpg

FICHE14_24_ICEW2014.jpg

La masse d’eau souterraine principale du bassin versant de la Dyle, la masse d’eau des Sables du Bruxellien (RWE051), est en effet très sensible aux pollutions diffuses de surface. « Le  réseau  de  caractérisation  chimique  de  la  RWE051 montre  que l’état  chimique  n’est  pas  satisfaisant.  Les  nitrates  et  les  pesticides sont présents partout dans les eaux de la nappe des sables du Bruxellien, en quantités élevées et  parfois  excédentaires » (source : Masse d’eau souterraine RWE051 – Sables du Bruxelles – Mars 2006 – Service Public de Wallonie).

Masse d’eau souterraine RWE051 – Sables du Bruxellien

Figure Masse d'eau RWE051.jpg

Sous cette masse d’eau des Sables du Bruxellien (RWE051) on retrouve à Wavre deux masses d’eau plus profonde, soit celle des Craies captives du Brabant (RWE080), soit celle du Socle du Brabant (RWE160).

Masse d’eau souterraine RWE080 – Craies captives du Brabant

La masse d’eau souterraine des Craies captives du Brabant (RWE080) est très bien isolée de la surface par sa couverture thanétienne. Seuls quelques points de contact possible existent entre les craies et le réseau des eaux de surface.

Figure nappe eau RWE080.jpg

L’état chimique de la masse d’eau souterraine RWE080 est qualifié de « bon ». Etant donné l’étendue et l’efficacité de la couverture peu perméable qui protège cet aquifère, il est peu probable que cet état se dégrade notablement d’ici 2015. Les données actuellement disponibles ne permettent pas de réaliser une analyse de vulnérabilité approfondie. Pour cela, une carte piézométrique détaillée devrait être réalisée. L’expression des pressions environnementales s’est limitée aux données existantes.

Masse d’eau souterraine RWE160 – Socle du Brabant

Le Socle du Brabant (RWE160) n’est pas un aquifère à proprement parler. Il ne comporte que de petites nappes locales et isolées les unes des autres. Il n’existe donc pas de comportement global pour cette masse d’eau souterraine.

Figure Masse d'eau RWE160.jpg

Interactions eaux de surface / eaux souterraines

Les cours d’eau qui s’écoulent au droit de la RWE160 sont susceptibles d’entrer en contact avec les eaux souterraines dès qu’ils arrivent en zone de recharge directe.

Figure Masse d'eau contact cours d'eau.jpg

Etat qualitatif / Pressions environnementales/ Evaluation de la vulnérabilité

Les données actuellement disponibles ne permettent pas de réaliser une analyse de vulnérabilité approfondie. Pour cela, une carte piézométrique détaillée devrait être réalisée. L’expression des pressions environnementales s’est limitée aux données existantes.

Figure Masse d'eau Pression enviro.jpg

Afin de protéger les ressources en eaux potabilisables, le législateur définit des zones de protection (zones de prise d’eau I, de prévention II et de surveillance III) autour des captages d’eau souterraine de distribution publique.

1. La zone de prise d’eau I
C’est la zone, obligatoire pour toute prise d’eau, dans laquelle sont installés les ouvrages de surface strictement nécessaires à la prise d’eau. Elle est justifiée par la nécessité d’exclure tout rejet direct dans une zone, estimée à 10 mètres, fragilisée par la fissuration des terrains affectés par les travaux de l’ouvrage de prise d’eau.

2. La zone de prévention II
C’est la zone dans laquelle tout polluant atteindra la prise d’eau sans être suffisamment dégradé ou dilué, sans qu’il soit possible de le récupérer efficacement. Deux sous-zones sont distinguées en nappe libre :

  • la zone de prévention rapprochée IIa, proche des installations. En région karstique, les points de pénétration potentiels, dont la liaison avec la prise d’eau est établie, sont également classés en zone IIa.
  • la zone de prévention éloignée IIb. Elle correspond à la zone de prévention, déduction faite de la zone IIa.

Cette distinction permet de moduler les réglementations d’une zone à l’autre en imposant des mesures plus sévères à la zone IIa.

3. La zone de surveillance III
C’est la zone qui comprend le bassin d’alimentation et le bassin hydrogéologique susceptibles d’alimenter une zone de prise d’eau existante ou éventuelle.
Dans la mesure du possible, les limites des zones de prévention et de surveillance doivent suivre des tracés naturels ou artificiels, aisément identifiables.

Bloc diagramme zones de protection

La carte ci-dessous, extraite en 2016 du Géoportail de la Wallonie, reprend les zones de prévention approuvées (hachurées en rouge) et forfaitaires (ou théoriques)(= cercles hachurés en rose) dans la zone de Wavre (+ en vert, les sites Natura 2000 mettant en oeuvre les Directives européennes Oiseaux et Habitats)(© Service Public de Wallonie).

Voici la même carte, extraite en 2017, qui montre un changement curieux : l’absence de zone de prévention forfaitaire (ou théorique) autour du puits Martineau. Pourquoi a-t-elle disparu entre 2016 et 2017 ?

On retrouve à Wavre :

Deux zones de prévention éloignées IIb (II) approuvées

(zones hachurées en rouge)

(1) IECBW12 : Wavre Quatre Sapin P1 & P2 (n° 187)(publié au Moniteur belge le 11/08/2011) – IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation :2009/2/B/00008) – nappe sollicitée : CRAIES CAPTIVES DU BRABANT ET DES DEUX FLANDRES / AQUIFERE DES CRAIES DU CRETACE + AQUICLUDE A NIVEAUX AQUIFERES DU SOCLE CAMBRO-SILURIEN

(2) IECBW13 : Bierges Galerie Le Manil (n° 188)(publié au Moniteur belge le 11/08/2011) – IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation : 2010/2/B/00001) – nappe sollicitée : SABLES BRUXELLIENS / AQUIFERE DES SABLES DU PALEOCENE

Prises d'eau Wavre Quatre Sapins P1 & P2.gif  Bierges Galerie Le Manil.gif

Vue sur la zone de prise d’eau souterraine de la galerie Le Manil à Bierges (Rue du Manil)

IMG_4127

IMG_4129

Cinq zones de prévention forfaitaire (ou théorique)

(= cercles hachurés en rose)

(1) une petite partie d’une large zone centrée du captage du puits ROSIÈRES – SWDE – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation : 2012/2/B/00008) – nappe sollicitée :  CRAIES CAPTIVES DU BRABANT ET DES DEUX FLANDRES / AQUIFERE DES CRAIES DU CRETACE.

Le ruisseau du Château, à Rixensart, est gravement pollué quand il passe dans cette zone et à quelques mètres de ce puits. Ce malgré sa situation en zone NATURA 2000, et en zone d’assainissement collectif.

IMG_3097.jpg

(2) une large zone centrée sur le captage du puits RUE DU RESERVOIR P1 – IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation : 2006/2/B/00005) – nappe sollicitée : CRAIES CAPTIVES DU BRABANT ET DES DEUX FLANDRES / AQUIFERE DES CRAIES DU CRETACE – Dans la zone du futur Hall Culturel Polyvalent de Wavre (cf. ruisseau de l’Ermitage)

(3) une large zone centrée sur le captage du puits SUCRERIE P2 – IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation : 2006/2/B/00004) – nappe sollicitée :  CRAIES CAPTIVES DU BRABANT ET DES DEUX FLANDRES / AQUIFERE DES CRAIES DU CRETACE – Dans la zone du futur Hall Culturel Polyvalent de Wavre (cf. ruisseau de l’Ermitage)

Ces deux zones englobent le ruisseau de l’Ermitage, à la frontière entre Bierges et Wavre, dont la source, tarie au niveau du nouveau Hall Culturel Polyvalent de Wavre, a sans doute été déviée vers des égouts malgré sa situation en zone d’assainissement collectif.

img_2733-zone-prise-deau-iecbw-ermitage

img_2735zone-prise-deau-iecbw-ermitage-02

(4) une petite zone centrée sur le captage du puits LIMAL CHATEAU D’EAU – IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation : 2006/2/B/00006) – nappe sollicitée : SABLES BRUXELLIENS / AQUIFERE DES SABLES DE L’EOCENE.

IMG_20171112_130146IMG_20171112_130158

(5) une large zone était encore centrée en 2016 sur le captage du MARTINEAU. Curieusement, cette zone de prévention forfaitaire à disparu du Géoportail de la Wallonie en janvier 2017.  Le captage concerné est passé d’un statut « avec zone de prévention forfaitaire » (triangle bleu) à un statut « sans zone de prévention » (triangle vert) alors que la carte hydrogéologique de Wallonie publiée en 2016 considère que le captage PUITS MARTINEAU (IECBW) est en attente (en octobre 2015) d’une « zone de prévention arrêtée » (triangle mauve) (cf. extraits ci-après).

légende captages

Cette zone englobe le ruisseau le Sillon et de Martineau, à Limal, qui est gravement pollué par des égouts malgré sa situation en zone d’assainissement collectif.

En réalité, trois puits différents sont présents à cet endroit :

(I) Le Martineau (CODERW 4014001), un puits sur galerie par gravité – nappe sollicitée : AQUIFERE DES SABLES DU PALEOCENE (= SABLES BRUXELLIENS), exploité anciennement par la Régie de Wavre, et abandonné par l’IECBW pour la production d’eau potable depuis 2006 sans doute à cause de problèmes de pollution. Ce puits reste un site de contrôle patrimonial du réseau de surveillance des nitrates de la Région wallonne.

(II) Le puits Jaumotte (CODERW 4014007) (51 m) nappe sollicitée : AQUITARD A NIVEAUX AQUIFERES DU SOCLE CAMBRO-SILURIEN.

(III) Le puits Martineau (CODERW 4014008) (51 m) plus récent, exploité par l’IECBW – DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EAU (autorisation 2010/2/B/00002) – nappe sollicitée : CAMBRO-SILURIEN DU MASSIF DU BRABANT: NAPPE D’ALTERATION SUPERFICIELLE / AQUITARD A NIVEAUX AQUIFERES DU SOCLE CAMBRO-SILURIEN.

Dans cette même zone de prévention forfaitaire, disparue en janvier 2017, on trouve également le puits foré ASBL CREPAC – activité industrielle (autorisation 1986/2/2/04313) – nappe sollicitée : CAMBRO-SILURIEN DU MASSIF DU BRABANT: NAPPE DES FISSURES PROFONDES.

Pour en savoir plus sur cette zone qui alimente le village de Limal en eau de distribution : le Puits MARTINEAU (IECBW)

photo-zone-prise-deau-iecbw-img_1716

(cf. statistiques 2017 d’AQUAWAL)

Carte qualité microbiologique eau distribution en Wallonie 2014


Carte hydrogéologique de Wallonie 40/1-2 (Wavre – Chaumont-Gistoux)

Carte hydrogéologique de Wallonie 40/1-2 (Wavre – Chaumont-Gistoux) (octobre 2016)

Notice de la carte hydrogéologique de Wallonie 40/1-2 (octobre 2016)(2017)

(extraits de la Carte et de la Notice explicative)

Carte hydrogéologique Limal Martineau

Carte des puits de Limal & Wavre

Carte Hydrogéologique - Bloc diagramme

(extrait de la Notice explicative concernant les Zones de Protection)

VIII.2.3 Zones de prévention à définir (extraits)

Les zones de prévention qui doivent être définies sont symbolisées, sur la carte principale accompagnant cette notice, par un triangle vide centré sur les captages concernés (Figure VIII.5). A la date du mois d’octobre 2015, 10 captages de la carte Wavre – Chaumont-Gistoux (Figure VIII.5) font l’objet d’une zone de prévention à définir, à savoir :

• Les captages de « Rosière » comprenant les puits P3011-015/P2 et P3011-017/P1 de la SWDE, les puits RESERVOIR P1 et SUCRERIE P2 de l’IECBW et sollicitant la nappe des craies du Crétacé ;

• Les captages de LIMAL CHÂTEAU D’EAU, du puits VIEUX SART P1, de la GALERIE D’OCQUIÈRE et de la GALERIE DE CHAMPTAINE de la SWDE et sollicitant la nappe des sables du Bruxellien ; VIII. Zones de protection Wavre – Chaumont-Gistoux 40/1-2 107

Le captage PUITS MARTINEAU (IECBW) et sollicitant l’Aquitard à niveaux aquifères du socle cambro-silurien ;

• Le captage « SOURCE DE STY » comprenant la SOURCE DE STY EMBOUTEILLAGE de la S.A. EAU DU PARADIS et sollicitant l’Aquifère du socle cambro-silurien ;

• Le captage du puits UCL-S49-PC4-PATURE LAUZELLE de l’UCL et sollicitant simultanément les sables bruxelliens (Eocène) et de Hannut (Paléocène).

Zone de prévention WAVRE


Pour en savoir plus sur la situation en Wallonie :

Etat des nappes d’eau souterraines en Wallonie


Pour prendre un peu de Hauteur et de Profondeur…

Alain Gachet

L’homme qui fait jaillir l’eau du désert

Alain Gachet couverture livre.jpg

Une découverte, ça dérange beaucoup !

En Europe on a un vrai problème de pollution des eaux de surface…

 

A la recherche de l’eau profonde

Sauver des milliers de vies en faisant jaillir l’eau potable dans les régions les plus hostiles du globe : c’est le défi insensé que relève chaque jour Alain Gachet, aventurier dans l’âme, scientifique de haut vol et inventeur d’une technologie qui révolutionne la recherche de l’eau.

Voici l’histoire d’un ingénieur des Mines qui a commencé sa carrière dans l’exploration pétrolière, avant d’être révolté par le milieu. Il se tourne alors vers d’autres domaines, l’or et les minerais d’abord, notamment au Gabon, où les Pygmées lui transmettent leur savoir ancestral, puis l’eau. Grâce à une formidable intuition scientifique, il met au point le Watex, une technique radar unique au monde qui permet de repérer des aquifères profonds, car les eaux potables souterraines et renouvelables sont soixante fois plus abondantes que celles de la surface. En Afrique comme au Moyen-Orient, il est désormais possible de sauver les populations locales. Reste à organiser des forages.

Au Kenya, Alain Gachet découvre des réserves d’eau qui correspondent à plus de deux fois celles du lac Léman, à même de transformer un désert en oasis et d’offrir aux hommes une vie nouvelle. Mais commence alors, pour cet aventurier, un autre combat : celui qui, trop souvent, l’opposera aux États et à certaines ONG, peu soucieux de ses travaux car l’eau, contrairement au pétrole, n’est pas cotée en bourse et se trouve souvent instrumentalisée par le pouvoir.

La crise de l’eau n’est pas seulement le problème des pays en voie de développement. Il y a eu le Darfour au Soudan puis la Corne de l’Afrique ; il y a maintenant la Syrie, l’Irak et le Yémen, en attendant le monde occidental. Le combat d’Alain Gachet, grâce à son extraordinaire invention, touche aussi bien aux grands enjeux géopolitiques qu’à la survie des peuples. Il nous offre une perspective totalement inédite sur la guerre de l’eau en cours.

Alain Gachet est l’un des plus importants spécialistes de l’eau et œuvre dans un très grand nombre de pays. L’homme qui fait jaillir l’eau du désert est son premier livre, un manifeste urgent.

Pour en savoir plus sur les techniques radar permettant de repérer des aquifères profonds :

RADAR TECHNOLOGIES INTERNATIONAL

 


FRANCE

Ressource aquatique : STOP à la gabegie !

(cf. Pétition en ligne de l’Union Fédérale des Consommateurs UFC- QUE CHOISIR)

A côté des pollutions récurrentes aux nitrates et aux pesticides bien connues et dénoncées par l’Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR, voici deux exemples particulièrement inquiétants de bombe à retardement potentielle :

(1) Wittelsheim (ALSACE) – Un stockage de déchets dangereux sous la plus grande nappe phréatique d’Europe (c)(cf. article dans Alsace Actu) – Dans les sous-sols de Stocamine (filiale de la société des Mines de potasse d’Alsacela bombe à retardement alsacienne (cf. article dans Le Monde). 

(2) Pontfaverger-Moronvilliers (CHAMPAGNE) – Ancien site d’expérimentation nucléaire de Moronvilliers : le manque de transparence dénoncé (cf. article de france bleu) – Les 2,7 tonnes d’uranium sont stockées dans une centaine de puits, ce qui pose des questions sur les risques de pollution pour les eaux souterraines. « Le CEA nous donne des informations autour du site mais à l’intérieur du site, pour moi c’est une catastrophe… là il y a une inquiétude sur la nappe phréatique profonde« , souligne Damien Girard, le maire de Pontfaverger. Manque de transparence dénoncé également par Bruno Chareyron, ingénieur à la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD). « Nous demandons au CEA des résultats d’analyses sur la pollution des sols, de l’air, de l’eau, de la chaîne alimentaire de façon à avoir une idée un peu plus précise des risques sur ce site donc par rapport à toutes ces demandes nous n’avons reçu aujourd’hui aucun document« , explique Bruno Chareyron qui a assisté à une réunion avec les élus du secteur et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) en avril 2016. Aucun document ne lui avait été alors fourni. 

 

 

 

 


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.


 

 

Etat des masses d’eau de surface

Etat des masses d’eau de surface

 

uobera-wavre-ruisseau-cachelogo-ville-de-wavre-armoirie

Etat des masses d’eau de surface

Carte pour l’Europe (Point-diffuse pollution-lakes-rivers-2012) (Version 29 October 2012)

Carte pollution eaux de surface Europe.JPG

Légende Carte pollution Eaux de surface Europe.JPG

A Wavre, comme dans tout le bassin versant de la Dyle en Brabant wallon, la situation n’est pas brillante.

  • Etat des masses d’eaux de surface (2013) : Pas bon

Extrait de la « cartographie des PASH (Plan d’Assainissement par Sous-bassins Hydrographiques)» coordonnée et gérée par la Société Publique de Gestion de l’Eau – SPGE (© Service Public de Wallonie)

Le cadastre du réseau d’égouttage

La SPGE chargée de l’assainissement des eaux usées en Wallonie, a initié en 2009 un cadastre des réseaux d’assainissement notamment grâce à des technologies d’endoscopie qui permettent d’en dresser un état des lieux précis, de relever les principaux défauts du réseau et d’établir des priorités d’intervention. Il permet ensuite d’aider les communes lors des demandes de raccordements grâce à une connaissance de la profondeur des égouts mais également d’effectuer des simulations hydrauliques afin d’estimer la capacité des réseaux existants.

Cette information s’avère particulièrement intéressante pour évaluer les risques d’inondation par débordement des réseaux ou lors de projets de nouveaux lotissements en amont.

En Wallonie, le réseau d’égouttage des eaux usées se compose de 17.300 km de canalisations auquel il faut ajouter 2.100 km de collecteurs reliant les égouts aux stations d’épuration. Ces 20.000 km de réseau d’assainissement assurent un taux d’égouttage en Wallonie de 88%. A ce jour, près de 50% des collecteurs sont « cadastrés ». 100% de ceux-ci devraient l’être d’ici fin 2016. 13% du réseau d’égouttage est quant à lui cadastré avec un objectif de 100% à l’horizon 2025.

Les réseaux d’égouttage wallons sont globalement vétustes et fragilisés par un manque d’entretien et de suivi des raccordements qui y sont réalisés. Ils sont donc à surveiller, en raison de leur « grand âge » mais aussi de la manière dont ils ont été posés.

Les égouts sont également à examiner au niveau des raccordements particuliers, tant pour ce qui est de leur présence, que de la qualité du raccordement lorsqu’il existe.

Pour assurer une meilleure gestion de notre réseau, les communes sont invitées à recourir aux opérateurs publics de l’eau. Ils disposent en effet d’une expertise dans le domaine et peuvent venir en appui aux communes afin d’assurer, notamment, un meilleur suivi des raccordements.

Il en va de même dans le cadre des avis d’urbanisme en matière de gestion des eaux. Le ministre en charge de cette matière souhaite une meilleure sensibilisation à la gestion de l’eau des concepteurs de plans d’aménagement, une meilleure collaboration entre l’autorité délivrant des permis, les organismes pouvant délivrer un avis autorisé et les organismes d’assainissement agréés chargés des travaux.

Un cadre législatif accompagnera la sensibilisation ou les initiatives individuelles, notamment sur la question de la gestion des eaux pluviales à la parcelle. L’objectif est d’avoir une approche cohérente sur l’ensemble de notre territoire vu l’absence de règles précises en la matière actuellement.

Cadastre de l’égouttage en Brabant wallon

En Brabant wallon, c’est l’IBW qui contribue à l’élaboration d’une base de données des réseaux d’assainissement.

Sur base du plan d’assainissement par sous-bassin hydrographique (PASH), l’IBW estime la longueur cumulée des réseaux d’égouttage existants en Brabant wallon à 2.333 kilomètres.

La localisation précise des conduites et des regards de visite, permet au gestionnaire d’optimiser leur gestion. C’est un outil également très intéressant pour la planification des interventions, la gestion des sinistres, la remise d’avis, la programmation d’investissements, etc. l’IBW souhaite soutenir au mieux les Communes du Brabant wallon en partageant ces données.

La carte ci-dessous parle d’elle-même, les informations connues sont très disparates d’une Commune à l’autre (cf. 11% de 190 km pour Wavre).

 

Cadastre de l’égouttage en Brabant wallon (état d’avancement en septembre 2016)(source : Intercommunale du Brabant wallon – Plan Stratégique 2014.2015.2016 évaluation 2016 – Plan Stratégique 2017.2018.2019 perspectives)

Priorités d’égouttage

Malgré des montants très importants investis par la SPGE pour la réalisation de l’assainissement, il existe, à ce jour, toute une série d’ouvrages pour lesquels on relève un taux de charge relativement bas alors que paradoxalement, le réseau de collecte semble quasi complet au PASH. Cette apparente contradiction peut s’expliquer, soit par des taux de raccordements particuliers relativement bas, soit par le mauvais état du réseau (fissures, effondrements, …) qui entraine une perte des eaux polluées vers le milieu et/ou une dilution de celles-ci par l’entrée d’eaux claires dans le réseau.  Un effort particulier doit être fait dans le cadre de la programmation 2017-2018, sur les reconstructions/réhabilitations de réseaux existants afin de pallier à ces pertes de charge nuisant au bon fonctionnement des ouvrages.

Par ailleurs, les deuxièmes plans de gestion par districts hydrographiques (PGDH) établis pour les années 2016 à 2021 détaillent l’état des 354 masses d’eau réparties sur la Wallonie et précisent le type de pressions (agriculture, industrie ou assainissement) qui s’exercent sur elles. Ces éléments seront pris en compte par la SPGE dans le choix des investissements.

Enfin, une attention particulière sera portée aux travaux qui permettront d’améliorer la protection des captages et donc de la ressource.

http://www.spge.be/fr/priorites-d-egouttage.html?IDC=2004&IDD=956

Campagne d’information de la Ville de Wavre « Etapes d’un bon raccordement à l’égout public » (© Ville de Wavre)

Les 3 stations d’épuration (STEP)

Les égouts communaux sont a priori reliés aux collecteurs de l’IBW pour rejoindre une des trois stations d’épuration (STEP) traitant les eaux usées de la Ville de Wavre.

(1) STEP de la vallée de la Dyle (Basse-Wavre)

Mise en service en 1985 – Capacité nominale : 201000 équivalents habitants (C/N/P)

http://www.ibw.be/wp-content/uploads/2015/09/brochure-Basse-Wavre.pdf

STEP Basse-Wavre (Wavre)

(2) STEP de la vallée de la Lasne (Rosières)

Mise en service en 1984 – Capacité nominale : 100000 équivalents habitants (C/N/P)

http://www.ibw.be/wp-content/uploads/2015/09/Plaquette-Rosieres.pdf

STEP Rosières (Wavre)

(3) STEP de la Petite Bilande (Wavre)

Mise en service en 1994 – Capacité nominale : 1000 équivalents habitants (C)

Cette station d’épuration utilise un système biologique original par lagunage à l’aide de lentilles d’eau (Lemna minor) retenues par des croisillons. Il s’agit de la première utilisation en Europe d’une technique développée Outre-Atlantique.

STEP Bilande (Wavre)

sources:

http://www.wallonie.be/fr/actualites/cadastre-pour-les-20000-km-du-reseau-degouttage

http://www.ibw.be/wp-content/uploads/2015/08/IBW_2016.pdf

http://www.lesoir.be/1067062/article/actualite/regions/brabant-wallon/2015-12-11/nos-egouts-se-laissent-trop-desirer

Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l’Eau (2000/60/CE)

Plan de gestion 2016-2021 / Fiches de caractérisation des masses d’eau concernant Wavre et la vallée de la Dyle :

 

Campagne 2016 de la Ville de Wavre contre les OFNI’s

Barrage à OFNI’s (Objets Flottants Non Identifiés) installé sur la Dyle à Limal, rue Achille Baudoin, près de la sortie du Boulevard de l’Europe (route rapide RN 238). A l’endroit d’un « rejet prioritaire » mentionné dans la cartographie des points noirs de l’ASBL « Contrat de rivière Dyle-Gette » (CRDG).

Stop aux déchets errants et aux rivières polluées !

Aer Aqua Terra est une ASBL ayant pour objet l’assainissement de tous sites pollués, y compris les rivières, par les déchets, à des fins écologiques, sociales et économiques.
Elle a également pour objet la sensibilisation et l’information par des conférences suivies d’actions sur le terrain, avec des établissements scolaires, services publics ou sociétés privées…

Ann-Laure Furnelle et Marc Verheyen, deux citoyens en action !  

 

photo-egout-amont-img_0309

photo-impasse-jaumotte-img_1713

IMG_3321

IMG_3322

 

Lu dans la Presse


La Libre –  La Dyle : peut mieux faire

(SO. DE. Publié le 

Depuis 1999, le Contrat de rivière évalue la qualité des cours d’eau de la Dyle et de la Gette, ainsi que de leurs affluents. L’objectif est d’obtenir une image précise de la qualité des cours d’eau sur l’ensemble du bassin Dyle-Gette : (« mauvaise », « médiocre », « moyenne », « bonne » ou « très bonne »). Il permet de comparer l’état des cours d’eau entre eux, en mettant en évidence les situations les plus critiques et les plus favorables. Chaque année, une trentaine de stations différentes font l’objet d’échantillonnages et d’analyses, au moyen de trois méthodes complémentaires : physico-chimique (indice IPO), biologique par les algues diatomées (indice IPS) et biologique par les macro-invertébrés aquatiques (indice IBGN).

Le Contrat de rivière vient de publier l’état des lieux concernant le bassin de la Dyle, le résultat d’un travail de plusieurs années. Le CR a en effet effectué deux couvertures complètes du bassin à 6 années d’intervalle (entre 2001 et 2003, et entre 2006 et 2009). Conclusion globale : « la Dyle présente aujourd’hui une qualité moyenne tout au long de son parcours, à l’exception des tronçons situés entre Genappe et Court-St-Etienne et entre Wavre et Grez-Doiceau, qui présentent tous deux une qualité médiocre. » Pour la majorité des cours d’eau, on ne mesure pas d’évolution significative de qualité, entre les deux campagnes d’échantillonnage, constate le CR. Par contre, une tendance plus nette à l’amélioration a pu être mesurée pour les cours d’eau concernés par la mise en service d’une station d’épuration. Ainsi, pour la vallée du Train (entre Gistoux et Archennes), on constate une « tendance à l’amélioration »entre 2002 et 2007. L’amélioration est visible pour les agglomérations traitées par la station IBW de Grez-Doiceau, mise en service en 2006. Même chose pour la partie amont de la vallée de la Dyle (depuis sa source à Houtain-le-Mont jusqu’à l’entrée de Bousval), avec la station de Genappe/Ways. Car « l’état de la Dyle est à mettre en parallèle avec les infrastructures d’assainissement mises en place, estime le CR. La vallée amont est assainie grâce aux stations d’épuration de Houtain-le-Val et de Genappe/Ways. Dans sa partie centrale, c’est la station d’épuration de Basse-Wavre qui traite les eaux usées des agglomérations de Court, Ottignies et Wavre. » L’analyse constate aussi que les principaux affluents (et sous-affluents) de la Dyle sont globalement de qualité moyenne. C’est le cas de l’Orne, la Houssière, la Cala, la Lasne et le Train. « Les autres cours d’eau du bassin présentent une qualité qui varie au long de leur parcours, en fonction de l’alternance entre les traversées d’agglomérations (rejets d’eaux usées) et les parcours en milieux non urbanisés (phénomène d’auto-épuration). »

Eléments positifs, « de petits cours d’eau forestiers présentent une qualité « remarquable » en comparaison avec le reste du réseau hydrographique. Ils méritent donc de faire l’objet d’une attention toute particulière ». C’est le cas des Ruisseaux des Ballaux et du Manil (à Wavre), le Blanc-Ry (à Ottignies), les Rys Saint-Bernard et Saint-Jean-Baptiste (Villers), les Rys Pirot, Sainte-Gertrude, de Beaurieux et Glorie (Court), le Ry del Waste (Genappe), le Ruisseau Fontaine del Grimande, le Ru Milhoux, les Rys des Ployes et d’Heuchaux (à Lasne). Le Smohain (à Lasne) est aussi de bonne qualité dans sa partie amont. Côté négatif, des endroits sont plus préoccupants : les cours d’eau ou tronçons les plus dégradés, selon le CR, sont la Thyle dans sa partie amont, le Gentilsart (et l’Abranrou/Tobais et la Pêcherée), la Falise, le Nil (et le Ruisseau de Lerinnes), le Ri de Corbais, le Pisselet (et le ruisseau de Louvrange), la Nethen, le Ry de Hèze, l’Argentine dans sa partie située tout en amont, la Mazerine en aval de sa partie voûtée, la Lasne dans sa partie située tout en aval.

Mais il semble y avoir des perspectives d’amélioration : ainsi les travaux d’assainissement (pose de collecteurs et construction de stations) sont en cours dans les vallées les plus dégradées du bassin, « ce qui laisse entrevoir une amélioration globale de la situation dans les années à venir ». Et les travaux de réhabilitation des deux principales stations (Rosières et Basse-Wavre) sont en cours. « La qualité des eaux de la Lasne aval et de la Dyle aval devrait donc s’améliorer à court terme ». Notons que le CR a effectué une première couverture complète du bassin de la Gette en 2004-2005. Une deuxième campagne s’étalera sur 2010-2011. Les premières analyses ont débuté en avril.


Le Soir – L’état des cours d’eau du bassin de la Dyle-Gette se dégrade

(Jean-Philippe De Vogelaere – Mis en ligne le 11/03/2015 à 09:11)

Pour la fin de l’année, tous nos cours d’eau devraient pouvoir passer en catégorie « Bon ». On est loin du compte, la faute à la présence de l’homme et à l’activité agricole. Le Contrat de rivière a fait le hit-parade de nos meilleurs et plus mauvais cours d’eau.

Catastrophe ? La qualité d’une partie de la Dyle et du Train est classée dans la catégorie Moyen. La Nethen, une partie de la Grande Gette, le ruisseau Saint-Jean et une partie de la Petite Gette sont en Médiocre et tous les autres cours d’eau du Brabant wallon sont Mauvais, à savoir le reste de la Dyle, de la Grande et de la Petite Gette, la Lasne, le Pisselet, le ruisseau du Gollard et le Schoorbroek. C’est ce qui ressort d’une étude de 2013 faite par le réseau de contrôle des eaux de surface par le Service public de Wallonie. Or, pour le 22 décembre 2015, la réglementation européenne impose que tous les cours d’eau passent au vert en catégorie Bon

Pour le sous-bassin de la Dyle-Gette, ce réseau wallon, qui parle de « masses d’eau » pour désigner tous les cours d’eau, dispose de onze sites de contrôles en aval, dont trois transfrontaliers avec la Flandre (et dont un sur la Senne). Et il surveille également trois petits cours d’eau forestiers donnant sur la Thyle où l’eau est considérée comme étant la référence d’une eau de qualité.

« Nous étudions la présence des macro-invertébrés, des diatomées (algues microscopiques), des poissons et des macrophytes (plantes aquatiques) afin de déterminer la biologie des masses d’eau, nous explique Pierre-Nicolas Libert, du réseau précité. On y ajoute les macro et les micropolluants pour déterminer l’écologie finale, la qualité qui est transmise aux instances européennes. »

Une seule bonne nouvelle, c’est le passage au vert des diatomées (sauf pour le ruisseau du Gollard et une partie de la Petite Gette) et des micropolluants (sauf pour le ruisseau du Gollard). Ce qui est confirmé par les analyses qui sont menées par le Contrat de rivière de la Dyle-Gette, qui a mené deux campagnes d’étude sur le sujet, entre 2001 et 2005, puis entre 2006 et 2011. Et une troisième étude vient de débuter.

Selon le professeur honoraire de l’UCL, Robert Iserentant, « les diatomées sont très sensibles à la qualité de l’eau. Certaines ont besoin de pollution pour se développer, mais elles cèdent le pas à d’autres dès que l’eau s’améliore. Ce qui semble être le cas pour l’instant, même si cela n’est pas encore confirmé par les indices de pollution organique. »

Dans ce cadre-là, c’est la présence d’ammonium, de nitrites, de phosphates et la demande biochimique en oxygène après cinq jours qui est analysée grâce au Centre provincial de l’agriculture et de la ruralité, basé à La Hulpe.

Le mieux de l’épuration

« La pollution d’origine organique dépend essentiellement en Brabant wallon de la présence de l’homme et de l’activité agricole, précise Jérémie Guyon, attaché de projet au Contrat de rivière. Et la conclusion entre les deux campagnes d’étude va dans le sens d’une tendance générale à la dégradation de l’état de nos cours d’eau. La Dyle, la Lasne, l’Orne et le Train sont de qualité moyenne ; l’amont de la Thyle, le Nil, le Pisselet et la Nethen sont de qualité médiocre ou moyenne ; et la Grande et la Petite Gette sont de qualité médiocre. Cependant, vu l’amélioration des diatomées, sans doute consécutive aux travaux d’épuration, on peut espérer que l’on va vers un mieux pour les prochaines années. Même s’il va falloir changer le régime d’assainissement de certains petits villages et poursuivre les efforts d’épuration pour les ruisseaux du Nil et de Lérinnes sur Walhain, le ruisseau du Piou à Corroy-le-Grand ou le ruisseau du Hussompont à Lathuy. »

Pour la nouvelle campagne d’études, ce sont quatre passages par an qui seront prévus, au lieu de trois, à raison de 25 stations par an pendant trois ans.

Top bonne qualité – Hit-parade de nos meilleurs cours d’eau

Pour le bassin de la Dyle, les ruisseaux des Ballaux et du Manil à Wavre ; le Blanc-Ry à Ottignies ; les Rys Saint-Bernard et Saint-Jean-Baptiste à Villers-la-Ville ; les Rys Pirot, Sainte-Gertrude, de Beaurieux et Glorie à Court-Saint-Étienne ; le Ry del Wasté à Genappe et le ruisseau Fontaine del Grimande ; ainsi que le Ru Milhoux, les Rys des Ployes et d’Heuchaux à Lasne figurent au hit-parade des cours d’eau de meilleure qualité.

Pour le bassin de la Gette, le classement concerne le ruisseau de Grand-Rosière à Ramillies ; les ruisseaux de Jauchelette, des Trois Fontaines, Brocruy, Bronnes ou Gobertange à Jodoigne ; ainsi que le Schoorbroeck à Beauvechain malgré une certaine dégradation de sa qualité après la traversée du village de l’Écluse.

Top mauvaise qualité – État des lieux des ruisseaux dégradés

Pour le bassin de la Dyle (chiffres de 2008), sont concernés la partie amont de la Thyle et le Gentissart à Villers-la-Ville ; la Falise à Genappe ; le Nil à Walhain ; le Ri de Corbais à Mont-Saint-Guibert et Walhain ; le Pisselet à Grez-Doiceau et Chaumont-Gistoux ; la Nethen à Beauvechain ; le Ry de Hèze à Grez-Doiceau ; l’Argentine dans sa partie située tout en amont à La Hulpe et la Mazerine en aval de sa partie voûtée à La Hulpe.

Pour le bassin de la Gette, cela vise surtout les affluents de la Petite Gette : ruisseaux du Fagneton, Frambais et Corrées à Ramillies ; ruisseau de la Bacquelaine à Orp-Jauche ; ruisseau du Village, Piétrain et Herbais à Jodoigne et Orp-Jauche ; et ruisseaux du Chapeauveau et Seype à Hélécine. Pour la Grande Gette, l’Orbais et le Thorembais à Perwez ; et le Ry Saint-Jean sur Huppaye.



Les 4 districts hydrographiques internationaux concernant la Belgique

Au sens de la Directive cadre sur l’eau, dans l’union européenne, un district hydrographique est une « zone terrestre et maritime, composée d’un ou plusieurs bassins hydrographiques ainsi que des eaux souterraines et eaux côtières associées, identifiée comme principale unité aux fins de la gestion des bassins hydrographiques ».

Carte complète _ Belgique, rivières et bassins hydrographiques (ressource 3161)-2

 

L’Escaut, la Somme et les cours d’eau côtiers de la Manche et de la mer du Nord (EU33)

La Commission Internationale de l’Escaut (CIE / ISC)

6_1

Le Rhin (EU36)

La Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR / ICBR / IKCR / ICPR)

Rhein_EZG

La Seine et les cours d’eau côtiers normands (EU31)

Bassin_Seine.png

La Meuse (EU3)

La Commission Internationale de la Meuse (CIM / IMC / IMK)

396px-Bassin_de_la_Meuse.svg

Projet Meuse Saumon 2000

Un beau projet aux résultats encourageants.

 

Le saumon fait son retour dans la Meuse, une première depuis 1930 (30/05/2017)(reportage de la RTBF).

COSMOS (Pisciculture domaniale d’Erezée) – A Erezée, CoSMos vous invite à découvrir la passionnante histoire de ce poisson hors du commun et autrefois bien présent chez nous ! Un nouvel espace didactique et touristique consacré à la restauration du saumon dans la Meuse. L’Université de Louvain (UCL) a transféré ses activités de recherche en aquaculture au COSMOS.

RIVEO (centre d’interprétation de la rivière) – Plongez dans l’univers mystérieux de la rivière et découvrez tous les secrets de la vie aquatique. Situé aux pieds de l’Ourthe, à Hotton, le centre RIVEO vous initie à la nature proche, mais discrète, qui nous entoure.

 

DRINKABLE RIVERS (Li An Phoa)

Rendre les rivières buvables, le projet essentiel de Li An Phoa – S’autoriser à rêver pour transformer la réalité. Voir loin pour mobiliser les énergies. Ramener la complexité autour d’un engagement limpide et simple à comprendre. C’est la démarche de Li An Phoa, militante écologiste néerlandaise qui ambitionne de rendre nos rivières de nouveau buvables. Pourquoi le seraient-elle pas, en effet ? Et comment pourrait les rendre assez propres qu’on puisse s’y baigner et y boire l’eau ?

Sa prochaine campagne, qui sera lancée courant 2018, l’amènera à remonter tout le cours de la Meuse, depuis sa source, en France, à travers la Belgique et les Pays-Bas, pour y sensibiliser les habitants, les agriculteurs et les entreprises l’avoisinant. Nous reparlerons de ce projet qu’elle annonce dans la vidéo ci-dessous (cf. article Consogloble).

Logo_Erasmus_Universiteit_Rotterdam.svg.png

Li An Phoa is (external) researcher – Erasmus University Rotterdam –  Rotterdam School of Management (RSM) – Department of Business-Society Management

DOCwJ6RXUAIwJ7u.jpg

 

DRINKABLE RIVERS (New-Zealand)

Fresh Water Domain

Water quality Escherichia coli

 

Water Action Initiative New Zealand (WaiNZ)

WaiNZ is a national grassroots organisation that aims to reduce freshwater pollution by using technology to empower the public to be the guardians of our waterways. We are tackling freshwater issues by giving the public the power to record and report on pollution or enhancement of freshwater from anywhere in the country. Learn more about WaiNZ and it’s initiative here.

New technology will reveal all on water quality (cf. article dans AgriView NZ)

Escherichia coli Freshwater Management

(cf. article sur le sitte WWF New Zealand)

The real risk of E. coli freshwater contamination is under the New Zealand spotlight, and now there’s a new game-changer solution on the way to revolutionise how Kiwis can take action in the national freshwater emergency.

The WWF-New Zealand Conservation Innovation Award winner, Water Action Initiative New Zealand (WAI NZ) is developing a real-time water-borne E. coli contamination sensor that will give community members, regional councils and government a tool to monitor freshwater in real-time, providing immediate detection of increased E.coli levels so that swifter action, including early health warnings, can be taken. WAI NZ received a $25,000 Awards grant to fast-track their idea from concept to development, to maximize impact for conservation.

“Freshwater is the lifeblood of our country, as waterways are essential for the health of people, wildlife and economy,” said Livia Esterhazy, WWF-New Zealand’s Chief Executive Officer. “From multiple scientific reports and concerning incidences like the 2016 gastroenteritis outbreak of Havelock North, we know that our freshwater is being polluted and our rivers and lakes are in trouble. This is a crisis that needs a national-level response, including accurate and timely water monitoring. We believe that the Real-time E. coli Sensor will revolutionise how freshwater can be tested with wider benefits for ecosystem health.”

Behind the innovation is South Wairarapa-based WAI NZ, founded by farmer Grant Muir and his son, biologist James Muir. WAI NZ is a national grassroots organisation that aims to reduce freshwater pollution by using technology to empower the public to be freshwater guardians.

“Up until now testing for water borne E. coli has been time consuming and often ineffectual with results taking up to 48 hours to incubate in a laboratory,” James Muir said. “Our purpose-built design is a crossover of straight biology with cutting-edge innovative technology and the results are instant”.

Receiving the Conservation Innovation Award establishes a pathway to refining, developing and manufacturing the E. coli sensor with collaborative partners ESR (Institute of Environmental Science and Research),” Mr Muir said. “Developing and commercializing something as ground breaking as this requires a team effort and WAI NZ is welcoming partners and investors to become part of the team to take this idea through to development and commercialization.”

“We want to see all NZ rural and urban water catchments protected and enhanced for future generations, so winning this Award is such a boost with a pathway to refine, develop and manufacture the sensor”.

The 2017 Conservation Innovation Awards are supported by The Tindall Foundation, Department of Conservation, Callaghan Innovation, Predator Free 2050 and New Zealand’s Biological Heritage National Science Challenge.

 


Des cours d’eau en pleine forme ?

A vérifier, mesurer et améliorer !

En France

En Suisse

WORLD FISH MIGRATION DAY

worldfishmigration.png

2019 – Année internationale du saumon

La North Atlantic Salmon Conservation Organization (NASCO) et la North Pacific Anadromous Fish Commission (NPAFC) ont proclamé 2019 ‘Année Internationale du Saumon’ (IYS). Ces organisations espèrent ainsi renforcer l’intérêt du public et des responsables politiques pour le saumon, sa préservation et l’exploitation des peuplements dans un esprit de durabilité. De grandes manifestations internationales sont prévues et les initiatives nationales et régionales les plus diverses sont les bienvenues dans le cadre de l’IYS (voir ici également http://www.nasco.int/iys.html).


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.


Ruisseau de la Bawette & Coulant d’eau du fond du Ry

Ruisseau de la Bawette & Coulant d’eau du fond du Ry

uobera-wavre-ruisseau-cachelogo-ville-de-wavre-armoirie     logocommune

D’après la cartographie officielle des cours d’eau non navigables (CENN)(cf. Géoportail de la Wallonie – http://geoportail.wallonie.be/home.html), le ruisseau de la Bawette prend sa source au coeur du domaine du Golf du Château de la Bawette (Wavre) ou il est rejoint par le coulant d’eau du fond du Ry qui lui prend sa source au-delà de la Chaussée de Bruxelles, au niveau du numéro 6 du chemin de Bierges. Il est de 3ème catégorie dans sa partie wavrienne (gestion par la Commune de Wavre sous la supervision de la Province du Brabant wallon). Puis devient de 2ème catégorie (gestion par la Province du Brabant wallon) en passant à Gastuche (commune de Grez-Doiceau) ou il va se jeter dans la Dyle, juste en aval de la Station d’épuration de Basse-Wavre. Depuis sa sortie du domaine du Golf de la Bawette jusqu’au-delà de la gare de Basse-Wavre le ruisseau est couvert, caché  sous la Chaussée de l’Orangerie, puis sous la Chaussée du Tilleul et le chemin du Tienne du Grand Vivier. Il refait surface dans le tournant du chemin du Tienne du Grand Vivier, près du quartier isolé de la chaussée du Culot.

Bawette avec légende.jpg

Carte - ruisseau de la Bawette & coulant d'eau du Fond du Ry.jpg

IMG_3351

Le coulant d’eau du Fond du Ry, vers le chemin du Hameau et le chemin de Bierges (vu depuis le chaussée de Bruxelles – N4)

IMG_3356

Le coulant d’eau du Fond du Ry, vers le golf de la Bawette (vu depuis le chaussée de Bruxelles – N4)

IMG_3354

Le château de la Bawette

IMG_3286

IMG_3287

Le coulant d’eau du Fond du Ry

IMG_3277

Le coulant d’eau du Fond du Ry sous le parcours de golf

IMG_3273

Le coulant d’eau du Fond du Ry rejoignant le ruisseau de la Bawette

IMG_3272

Le ruisseau de la Bawette

IMG_3267

Le ruisseau de la Bawette disparait dans une canalisation à l’embranchement entre le chemin du Tienne de la Bilande et le chemin du Tienne de la Pichaute

IMG_3303

IMG_3304

Le collège de Basse-Wavre vu depuis la chaussée de l’Hosté, derrière la drève de l’Hostellerie, le chemin du Tienne du Grand Vivier, la ligne de chemin de fer Ottignies – Louvain/Leuven et l’impasse des Warlandes

IMG_3595

Armoiries au-dessus du porche d’entrée de la ferme de l’Hosté

IMG_3615

La ferme de l’Hosté, et à l’arrière plan, le champs où se trouvent les vestiges cachés de la villa romaine de Basse-Wavre

IMG_3604

Le ruisseau de la Bawette refait surface non loin de la ferme de l’Hosté, au niveau du chemin du Tienne du Grand Vivier, longeant la ligne de chemin de fer Ottignies – Louvain/Leuven

IMG_3601.jpg

Le ruisseau de la Bawette longeant la ligne de chemin de fer (vue vers l’aval)

IMG_3614.jpg

IMG_3610.jpg

Vue vers le ruisseau de la Bawette depuis le Chemin des Warandes

IMG_4145

IMG_4144

 


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.


Ruisseau du Pré de la Rue

Ruisseau du Pré de la Rue

uobera-wavre-ruisseau-cachelogo-ville-de-wavre-armoirie

D’après la cartographie officielle des cours d’eau non navigables (CENN)(cf. Géoportail de la Wallonie – http://geoportail.wallonie.be/home.html), le ruisseau du Pré de la Rue prend sa source dans le parc d’attractions Walibi à hauteur de la Rue du moulin, ou bout de laquelle apparaît le moulin de Limal. Il est de 3ème catégorie dans sa partie limaloise (gestion par la Commune de Wavre sous la supervision de la Province du Brabant wallon). Puis devient de 2ème catégorie (gestion par la Province du Brabant wallon) dans sa courte partie biergeoise, avant de rejoindre la Dyle. Hormis quelques mètres le long de la Rue du Moulin, ce ruisseau est entièrement englobé dans le parc d’attractions Walibi.

Ruisseau du Pré de la Rue avace légende.jpg

Carte - ruisseau du Pré de la Rue.jpg

IMG_3159

IMG_3160

IMG_3161

IMG_3163

IMG_3166

IMG_3167

IMG_3168

 

 

 

 


ATTENTION à la désinformation !

Les publicités se trouvant en bas de cette page sont imposées par WordPress vu la gratuité de ce blog/site Web. Leur éventuel caractère non éthique n’est pas cautionné par son auteur.